LE MAG J&A

LE MAG J&A

Alès Groupe repart avec Roger & Gallet

News /29 September 2020

CF NEWS – PAR 

 

En RJ depuis début juillet, le groupe de cosmétique (marques Lierac, Phyto, Joawé…) de 208,6 M€ de revenus acculé par la crise sanitaire vient d’être repris à la barre par Impala qui débourse 120 M€ et rétrocède le pôle coiffure à ses dirigeants.

Le tribunal de commerce de Paris a désigné Impala comme repreneur des activités commerciales et industrielles d’Alès Groupe. Le holding d’investissement de Jacques Veyrat prend donc le contrôle des marques Lierac (soins anti-âge), Jowaé (soins naturels) et Phyto (produits capillaires) qu’il adosse à Roger & Gallet, formant ainsi, selon ses déclarations, un ensemble de 200 M€. Le pôle des produits de coiffure pour les professionnels (marques Subtil, Kydra…environ 45 M€ de chiffre d’affaires) est confié à ses dirigeants, conformément à l’offre qu’ils avaient déposée conjointement avec Impala. Ces derniers financent d’ailleurs leur projet en grande partie grâce à ce dernier qui leur a accordé un prêt obligataire de 5 M€. Au total, ce sont 1120 postes (sur 1198), dont 650 en France sur 707, qui sont sauvés. Impala a par ailleurs signé un accord avec la famille pour la reprise de la marque Patrick Alès (pour moins de 1 M€ selon nos informations) et un intéressement sur les plus values potentielles qui lui seraient liées. Outre le prix de cession de 13,5 M€, Impala a annoncé qu’il débourserait plus de 100 M€  pour «  relancer l’innovation et retrouver un développement solide et durable ». Pour cela, il place à la tête du nouvel ensemble Stéphane Enouf, l’ancien dirigeant de Caudalie.

 

Projet industriel autour de quatre marques

Vincent Revol, Impala

Vincent Revol, Impala

 

Appelé il y a deux ans au chevet du groupe déjà mal en point, Impala avait alors étudié le dossier. Et l’avait refermé au vu de sa complexité. C’est le marocain Co-Capital qui avait alors injecté 20 M€ (lire ci-dessous). « Le grand changement qui explique que nous l’ayons réétudié, c’est notre rachat, entre temps, de la marque (et seulement de la marque) Roger & Gallet », souligne Vincent Revol, directeur associé chez Impala (lire ci-dessous). Avec le groupe Alès, le financier dispose désormais d’un outil industriel et d’une force commerciale et marketing sur lesquels s’appuyer pour mettre en œuvre son projet stratégique articulé « autour de quatre marques parfaitement complémentaires distribuées en pharmacies et en parapharmacies ». Un « projet industriel et commercial », insiste Vincent Revol, fondé sur le redressement, avec une nouvelle équipe de management, l’adossement des activités à Roger & Gallet et l’intégration du site industriel à P&B, une participation d’Impala spécialisée dans la sous-traitance cosmétique (lire ci-dessous). Projet qui avait remporté l’adhésion des salariés avant d’être choisi par le tribunal.

 

Offre combinée Naxicap/ Dzeta jugée irrecevable

Ce dernier avait reçu par ailleurs deux offres, au 7 août, date limite de leur dépôt. L’une était portée par Naxicap/Nexstone et l’autre par Dzeta. Les premiers ont travaillé sur un plan de continuation et sur un plan de cession. Le second avait indiqué, le 7 septembre, ne pas soutenir son offre, faute d’avoir trouvé un accord de financement avec un partenaire chinois, puis avec Co-Capital, comme il l’avait ensuite envisagé, ainsi qu’avec le manager pressenti. Dzeta  et Naxicap-Nexstone ont finalement présenté une offre combinée, calquée sur les termes de l’offre de ce dernier mais au prix du premier (15 M€). Une proposition jugée par certains organes de la procédure, le CSE, le juge, le procureur… comme irrecevable. Ce que contestent les « perdants » qui chercheraient un angle de contre- attaque, au moment où nous écrivons et qui, de leur côté, évoquent le rachat de la marque Patrick Alès pour un montant de 4 à 6 M€ et un earn out qui porterait la somme finalement versée à la famille à quelque 10 M€ . Fondé en 1969 par le coiffeur Patrick Alès, le groupe éponyme n’a cessé de perdre du chiffre d’affaires ces dernières années avec un endettement qui avait passé la barre des 100 M€. Au moment du jugement, sa situation de trésorerie était telle que le groupe n’était plus en mesure de payer ses fournisseurs. Le passif déclaré s’élève à plus de 125 M€. « Le problème de ce groupe, ce n’est pas tant l’argent que la façon dont il a été géré » confient plusieurs proches du dossier.

 

les intervenants de l’opération ALÈS GROUPE (LIERAC ET PHYTO)

Société cible : ALÈS GROUPE (LIERAC ET PHYTO)
Acquéreur ou Investisseur : IMPALA , Jacques Veyrat , Vincent Revol
Cédant : ACTIONNAIRES FAMILIAUX , Romain Alès
Acquéreur Avocat Corporate : LATHAM & WATKINS , Alexandra Bigot , Thomas Doyen , Célia Jiquel , Eeva Bernard , Alexander Crosthwaite , Louise Gurly
Acq. Avocats d’Affaires Financement : LATHAM & WATKINS , Virginie Terzic
Acq. Avocat d’Affaires Concurrence : LATHAM & WATKINS , Adrien Giraud
Acq. DD Sociale : JOFFE & ASSOCIES , Géraldine Lepeytre
Cédant Avocat corporate : SIMON ASSOCIES , Jean-Charles Simon
R.J.: FACQUES HESS BOURBOULOUX (FHB) , Hélène Bourbouloux , SCP BECHERET-THIERRY-SENECHAL-GORRIAS (BTSG) , Stéphane Gorrias
Société Banquier d’Affaires / Conseil M&A : LAZARD
Société Avocat d’Affaires Corporate : VEIL JOURDE , Géraud Saint-Guilhem
Société Avocat d’Affaires Financement : WEIL GOTSHAL & MANGES , Jean-Dominique Daudier De Cassini

 

partager sur