LE MAG J&A

LE MAG J&A

La deeptech Callyope lève 2,2 millions d’euros

Actualités /24 novembre 2023

Joffe & Associés (Thomas Saltiel, Charlotte Viandaz et Rudy Diamant) conseille BPI France et 360 Capital dans la cadre de la levée de fonds de la société Callyope, société proposant des solutions alliant voix et IA au service de la détection de troubles et maladies mentales, tels que la schizophrénie, les troubles bipolaires ou la dépression sévère. 

Retrouvez les informations officielles sur CFNews ici.

 

Joffe & Associés (Thomas Saltiel, Charlotte Viandaz et Rudy Diamant) conseille BPI France et 360 Capital dans la cadre de la levée de fonds de la société Callyope, société proposant des solutions alliant voix et IA au service de la détection de troubles et maladies mentales, tels que la schizophrénie, les troubles bipolaires ou la dépression sévère. 

 

Dans un monde ou une personne sur huit – soit environ 970 millions de personnes – présentait un trouble mental sévère, la question de la santé mentale est plus que jamais prépondérante. C’eest dans ca cadre que Callyope a réussi à lever 2,2 millions d’euros cet été grâce à des investisseurs tels que 360 Capital, Bpifrance Investissement avec le soutien du Fonds Digital Venture, No Label Ventures (un fonds de capital-risque anglo-saxon créé cette année par Ramzi Rafih, ancien de KKR), ainsi que des business angels comme Thomas Clozel (Owkin) et Adrien Montfort (Sorare). Cette levée de fonds a permis à l’entreprise d’atteindre une valorisation de 6,55 millions d’euros.

 

 

« Près de 1 % de la population souffre de schizophrénie et 2 à 3 % de troubles bipolaires. Ces maladies sont très souvent chroniques et près de la moitié des patients hospitalisés rechute dans les douze mois », détaille Martin Denais, co-directeur de Callyope.

 

 

Callyope travaille aujourd’hui en collaboration avec des établissements hospitaliers reconnus et renommés, afin de développer ses solutions et d’élargir sa base de données. La société, qui se positionne sur le marché de la santé mentale représentant un coût d’environ 600 milliards d’euros par an dans l’Union européenne selon la Cour des Comptes, a en effet l’intention de tester son logiciel auprès de plusieurs centaines de patients dès le début de l’année prochaine afin de démontrer son efficacité.  Conçu pour le suivi plutôt que pour le diagnostic, l’outil est destiné à être commercialisé auprès des Centres Médico-Psychologiques (CMP). La start-up est actuellement composée de neuf employés, et prévoit au moins une année de R&D avant d’atteindre le stade de la commercialisation de ses solutions d’analyse.

 

 


 

partager sur